La Grange Cocotte 2021 à Buzet

Un projet local d’agriculture paysanne

La Grange Cocotte, c’est …

  • Grange-cocotte-hannaDu maraîchage diversifié (+-50 légumes/aromates) selon les principes de l’agroécologie
  • Un système solidaire et participatif en auto-cueillette (Agriculture Soutenue par la Communauté)
  • Un espace de rencontres avec dimension didactique.

Les enjeux étant : la souveraineté alimentaire, la santé, l’environnement, les liens sociaux, l’éducation, l’accès à une alimentation de qualité, la solidarité

Ne pas mettre la charrue avant les bœufs.

Comme vous vous en doutez, il y a des impératifs financiers pour lancer ce projet. La maraîchère doit donc ajuster au mieux son projet et pour cela, un des moyens est de vous proposer un sondage de 15 questions. Il ne vous prendra que quelques minutes, les données recueillies ici serviront exclusivement au projet et ne seront pas diffusées.

Ensemble, participons à la construction d’un monde plus juste, plus coloré et plus soutenable.

L'implantation

Le champ est situé sur le lieu-dit «Li grègne Cocotte» (La Grange Cocotte) à Buzet

L’Agriculture Soutenue par la Communauté.

Ce modèle est basé sur un engagement mutuel et solidaire entre la maraîchère, qui cherche à procurer un maximum de légumes cultivés en toute transparence et les membres qui lui assurent un revenu équitable grâce à l’avance d’une cotisation fixe pour la saison. Les récoltes sont donc partagées entre membres, selon leur part, dans l’abondance mais également lors de pertes/dégâts éventuels. Les aléas ne sont donc plus assumés par l’agricultrice seule et la pénibilité du métier est également adoucie par la force collective… D’où le nom ASC : Agriculture Soutenue par la Communauté.

Chacun dispose de sa part d’auto-récolte en libre accès sur le champ, selon les indications données. Un peu à l’image d’un grand potager de quartier qui serait géré par une maraîchère rémunérée par les habitants qui viennent s’y nourrir.

Le projet se veut participatif (réunions, chantiers, moments festifs) et surtout, ce champ sera le vôtre… venez y pique-niquer, y découvrir la nature et rencontrer d’autres abonnés.

Tout le monde y gagne : les membres (fraîcheur des récoltes, contact, garantie de méthode culturale saine, lieu sympa), la maraîchère (amélioration de la qualité de vie – meilleures conditions financières et sociales) et la planète (pas de suremballage/chambre froide/livraisons/produits phytos).
Au niveau sociétal, c’est envoyer un message fort de soutien à l’agriculture paysanne, mettre en avant la solidarité, rendre à l’agriculture sa dimension sociale et sortir du rapport à l’argent qu’on connaît dans tous les autres domaines de notre vie.

Une grande diversité de légumes et d’aromates seront cultivés au fil des saisons. Dans quelques années, des petits fruits devraient offrir de belles (auto)-cueillettes.

Les méthodes culturales respecteront des principes agroécologiques (plantation de haies, aménagement d’une mare, désherbage manuel, pose de paillis, choix de semences résistantes, encouragement des auxiliaires, récupération de matériaux/d’eau, etc).

Ce projet a également pour valeurs fondatrices l’ouverture vers les autres et l’implication des générations futures.

Au-delà des légumes, l’idée est de faire pousser des liens, des initiatives et des réflexions. A cette fin, le champ pourrait servir de lieu et de support à des activités pédagogiques, non seulement pour les enfants des familles membres mais aussi pour les enfants des écoles alentours. Ce lieu pourrait permettre à chacun, dans toute sa singularité, de découvrir les fruits et les légumes de saison, de s’interroger sur la façon de les produire, de se questionner sur les effets sur l’environnement.

Bref, une porte d’entrée de sensibilisation à la production/consommation plus responsable et à la compréhension et au respect de la nature.

Les étapes

Cet été sera consacré à l’articulation administrative/financière via l’accompagnement d’une structure d’aide à l’entreprenariat.

L’implémentation de haies via un chantier collectif est prévue pour cet automne.

La saison commencera, si tout va bien, en 2021. Le projet ne verra le jour que si assez de personnes semblent intéressées

Comment soutenir le projet ?

Le premier soutien que vous pouvez apporter est bien sûr de prendre un abonnement au lancement de la saison (plus d’informations à suivre), n’hésitez pas à laisser vos coordonnées hanna.ponx@gmail.com si le projet vous parle.

Appel également aux mains qui ont envie de retrouver la terre et/ou aux bricoleurs en herbe ! Tout soutien à l’installation est bienvenu : plantation de haies, aménagement de la grange, installation de la mare et des serres, construction d’une cabane et de toilettes sèches… Les chantiers ne manquent pas.
Appel également à la récup de bois/palettes, compost/fumier, broyat, paille, boutures de vivaces, fruitiers, outils… Tout ce qui peut servir à la résilience d’un champ.

Les partenariats, notamment avec les organismes de sensibilisation/d’éducation, seront déterminants dans l’importance que prendra le volet pédagogique du projet car il est évident que ceci requiert des moyens (humains, logistiques, organisationnels, financiers) qui ne peuvent reposer exclusivement sur le volet maraîchage. Ces partenariats pourraient également être un soutien considérable, notamment en termes de communication avec les familles.

Quelques exemples parmis d'autres.

Les pousses poussent dans le quartier Sainte Walburge à LiègeLes pousses poussent Saint Walburge

David et Félicie, deux jeunes associés, ainsi que leurs partenaires – la ville de Liège, les Petits Producteurs et la Ceinture alimen-terre liégeoise sont dans l’aventure avec succès.

La Ferme du Chant des Cailles à Watermael-BoitsforfLa Ferme du Chant des Cailles à Watermael-Boitsforf

Le trio en 2014: Caroline, David et Maarten, En 2019 : 3 maraîchers permanents, 3 saisonniers, 7 stagiaires, une dizaine de bénévoles et un chat. 394 abonnés dont 124 enfants soit l’équivalent de 181 ménages de 2,2 personnes.

Le champs des possibles à Jupille (Liège)Le champs des possibles à Jupille (Liège)

François Sonnet entame, dès février 2016, ses activités de maraîchage agroécologique. Au menu: production d’une quarantaine de variétés de légumes sains et savoureux cultivés sans utilisation d’engrais ou désherbant chimique.